Défense de l'hôpital de DIE

Publié le par David REY

Comme beaucoup d'entre vous le savent, des services de l'hôpital de Die sont menacés de fermeture.

En effet, la fermeture de la maternité est prévue pour janvier 2009, ainsi que la suppression de la chirurgie ambulatoire d'urgence. A terme, c'est la survie même du centre hospitalier de Die qui est menacée.

La maternité la plus proche sera donc à partir de 2009, celle de Valence. Il faudra donc 1h pour arriver à la maternité la plus proche pour les habitants de Die et près de 2h pour les habitants du haut Diois. Cette situation peut être préjudiciable en cas d'urgence ou de complications, et à ce titre, n'est pas acceptable.

Plutôt que de fermer les services des hôpitaux de zones rurales sur des critères strictement financiers, il vaudrait mieux au contraire chercher à les développer en proposant des soins particuliers et ciblés qui permettraient de faire venir des patients y compris du Valentinois à l'hôpital de Die. C'est cette solution là qui doit être privilégiée afin de pouvoir non seulement sauvegarder des services cruciaux en terme de santé publique et d'attractivité du territoire, mais aussi afin de définir une ambition de développement du centre hospitalier de Die dans le but d'accueillir de nouveaux services que l'on ne trouveraient pas sur le reste du département ou de la région.

Il n'y a pas de fatalité dans cette décision de fermeture, il s'agit uniquement de volonté politique. D'autres solutions existent. C'est pourquoi la section du Diois du parti socialiste s'associe aux efforts du collectif de Défense de l'hôpital et soutient son action.

A ce titre, quatre exigences:
    1. le maintien de la maternité
    2. une chirgugie d'urgence ouverte 24h/24 et 7j/7
    3. des moyens financiers et humains en conséquence
    4. le retrait du rapport Larcher

Une manifestation sera organisée le samedi 27 septembre, intitulée "ville vivante", à 10h30 devant l'hôpital. Une réunion publique de préparation de cette manifestation aura lieu lundi 22 septembre 2008 à 20H30, salle Joseph Reynaud à Die avec la participation d'un membre de la Coordiantion Nationale des Comités de Défense des Hôpitaux et Maternités de Proximité.

Enfin, je me permet de rappeler une des promesses électorales de notre Député Hervé Mariton. Il avait annoncé lors du débat avec Michel Grégoire sur France bleu, que si l'hôpital fermait, il démissionerait de son poste de Député. Hors, M. Mariton fait partie de la majorité UMP qui gouverne actuellement et qui met en place le démentelement du centre hospitalier de Die et de tous les autres hôpitaux de zones rurales réputés non rentables financièrement. Nous ne pouvons donc que lui demander de faire respecter cette promesse et lui rappeler que la santé, tout comme l'éducation et l'ensemble des services publics répondent à d'autres logiques que la seule logique financière.

David REY
Secrétaire de section

Commenter cet article

corinne morel darleux 09/09/2008 17:13

A noter à ce sujet qu'un article a été consacré à la défense de l'hôpital de Die dans le numéro de POlitis daté du 28 août. Corinne

L’hôpital de Die ne veut pas mourir
PAR Samuel Lehoux
jeudi 28 août 2008

Le Collectif de défense de l’hôpital de Die se bat contre la fermeture des principaux services de l’établissement. Dénonçant une logique technocratique, il multiplie les actions avec le soutien de la population.

Au cœur du parc national du Vercors, loin du tumulte des zones urbaines, Die est une ville où il fait bon vivre. Avec sa gare, ses écoles, son hôpital, cette petite citadelle est incontournable pour la population du pays diois. Mais l’ère n’est pas à la sauvegarde des services publics de proximité. À la suite du rapport Larcher pour la future réforme de l’hôpital, dont les orientations ont été (...)