La Rochelle 2008

Publié le par David REY

Chers camarades,

Comme chaque année, se tenait en ce dernier week-end d'août la traditionnelle université d'été du parti socialiste à la Rochelle. Je pense que vous avez tous eu des retours par la presse.

Une année de Congrès est forcément une année un peu particulière pour ce week end qui marque la rentrée politique de notre parti. D'autant plus pour ce Congrès, où les lignes politiques existantes se trouvent bousculées et où l'on ne sait pas vraiment ce qui va ressortir de tout cela. Les médias ont beaucoup parlé des différentes manoeuvres des différentes personnalités du PS et de leurs contributions, tout comme les camarades présents sur place.

Mais au final, quoi de plus normal que de parler de cela? Au fond, on pose souvent la question du leadership et celle des idées comme des antagonismes, et l'on entend ça et là, parmi nos connaissances, dans les médias, que le PS n'a pas d'idées, qu'il ne s'oppose pas assez, qu'il est divisé, qu'il ne propose rien etc.

Hors, qu'ai je constaté une fois de plus lors de cette université d'été? Et bien tout l'inverse! Le PS a des idées, beaucoup d'idées, qui se sont exprimées avec force dans les divers ateliers. J'ai pu également assister à la réunion de présentation de Terra Nova, le nouveau "think tank" du PS. Les "think tank" sont un concept qui nous vient des Etats Unis, et se retrouvent dans ceux-ci des experts, des intellectuels, des universitaires et des politiques qui partagent, pour Terra Nova, les mêmes convictions de gauche. Et là aussi, des idées il y en a!

Alors je me suis posé cette question: pourquoi ces idées ne sont elles pas audibles? Pourquoi ne sommes nous pas audible? N'est ce pas justement parce que le PS n'a pas de leader pour les porter? N'est ce pas cela que le Congrès de Reims doit régler? Alors oui, pendant encore deux mois, ce ne sera pas facile. Les tractations vont aller bon train, les médias ne nous épargneront pas, nous donnerons une image détestable à l'opinion publique et ce sera moralement éprouvant pour beaucoup de camarades. Pour autant, si en novembre nous sortons de cette période avec une ligne claire, un parti rassemblé derrière un leader pour porter nos convictions et le respect du vote militant, alors le PS sera audible et pourra faire passer toutes ces belles idées que j'ai pu entendre ici et là à la Rochelle et dont le PS ne manque pas.

Amicalement,

David

Commenter cet article